Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 septembre 2007

LA FURIE DES VAMPIRES

8974325f48cb932cbe2793aeae1dbb40.jpg(LA NOCHE DE WALPURGIS aka WEREWOLF SHADOW aka NACHT DER VAMPIRE aka BLOOD MOON aka THE WEREWOLF VERSUS VAMPIRE WOMEN...)


de Leon Klimovsky


avec Paul Naschy, Gaby Fuchs, Barbara Capell, Patty Shepard, Andrés Resino, Yelena Samarina, José Marco, Julio Peña...35c04e001dd359733798b9e35c30efc8.gif

 

Epouvante / Horreur – Espagne / RFA (1971)

 


Paul Naschy, co-scénariste de ce film, nous propose une histoire où se mêlent différents personnages mythiques du cinéma d'horreur : le loup-garou (qui deviendra son personnage fétiche), la sorcière adepte de Satan, le vampire et Elisabeth Bathory. On suit donc les aventures d'Elvire et Geneviève qui, parties enquêter sur une vieille légende, se retrouvent confrontées à la comtesse Wandessa d'Arville de Nadasdy, une sorcière vampire tout juste revenue à la vie, et à Waldemar Daninsky devenu loup-garou depuis un voyage au Tibet (!!!).


Années 70 obligent, l'ensemble est très kitsch mais se révèle toutefois très réjouissant, et ceci malgré un montage à la hache et à un jeu d'acteur assez approximatif. En effet on est trimballé d'une scène à l'autre, souvent incongrues et sans grande cohérence. Les acteurs surjouent et sont souvent en décalage avec l'action mais cela donne, paradoxalement, tout son charme au film.


En outre, LA FURIE DES VAMPIRES ne souffre pas trop de temps morts surtout dans sa première partie vaiment excellente, grâce notamment à des dialogues savoureux. La seconde partie, quant à elle, s'enlise un peu dès l'arrivée d'un personnage de policier ultra bavard qui n'apporte rien à l'histoire...


Mêlant passages oniriques et scènes d'action, LA FURIE DES VAMPIRES malgré ses nombreux défauts et son côté daté est un film qui ne décevera pas les fans du genre...

 


le dialogue du film :

- Oh, votre enthousiasme est terriblement contagieux et j'aimerai beaucoup pouvoir aller avec vous mais... je dois me rendre à Istanbul. Le devoir m'appelle.

- Faites attention à vous Marcel, et puis ne prenez pas de risques inutiles.

- Ne vous inquiétez pas, j'ai tellement lu et vu de James Bond que maintenant je connais tous les trucs.

 

Stéphane

 

05 mars 2007

LE GRAND INQUISITEUR

medium_grandinquisi.jpg

(WITCHFINDER GENERAL)


de Michael Reeves


avec Vincent Price, Ian Ogilvy, Rupert Davies, Hilary Dwyer, Robert Russel...

medium_picto_12ans.gif


Epouvante – Grande-Bretagne (1968)



Troisième et dernier film réalisé par Michael Reeves, espoir du cinéma anglais mort à 25 ans suite à une surdose de somnifères et d'alcool, LE GRAND INQUISITEUR nous ramène au 17ème siècle en Angleterre, pleine période de chasse aux sorcières. Et dans le rôle du grand inquisiteur, on retrouve le grand Vincent Price (LAURA d'Otto Preminger, LA MOUCHE NOIRE de Kurt Neumann, etc...) assez loin de ses prestations d'alors. En effet, contrairement à son habitude, il n'en fait pas des tonnes et est vraiment très convaincant dans ce rôle de salaud ultime !


Michael Reeves n'aura certes réalisé que 3 films, mais aura tout de même dirigé 3 légendes du cinéma de genre : Barbara Steele dans REVENGE OF THE BLOOD BEAST, Boris Karloff dans LA CREATURE INVISIBLE (THE SORCERERS) et donc Vincent Price avec LE GRAND INQUISITEUR... excusez-moi du peu...


Niveau casting, on retrouve aussi Ian Ogilvy, présent sur les 3 films cités précédemment et endossant dans le cas présent le rôle du héros sans peur et sans reproche. Il fera ensuite une assez belle carrière, surtout à la télévision.


Contrairement à ce que le titre pouvait laisser espérer, les scènes de torture dans LE GRAND INQUISITEUR sont finalement assez rares et il s'agit plus d'un film d'aventure, où le héros va venger sa bien-aimée des hommes qui lui ont fait du mal, que d'un film gothique. Heureusement les quelques scènes de torture sont plutôt réussies, notamment deux : une scène de bûcher vraiment impressionnante, et la scène finale d'une violence rare. Cependant entre 2 scènes gentiment gores, il ne se passe pas grand chose...


Malgré de bonnes intentions, le film est donc un peu longuet et le manque de sang se fait vite sentir... Il vaut surtout le coup d'oeil pour la prestation d'acteur de Vincent Price détestable à souhait en inquisiteur corrompu et vicieux.



Stéphane