Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 juillet 2012

ANGEL OF DEATH

film,cinéma,angel of death,zoe bell,lucy lawless,paul etheredge ouzts,doug jones,action,brian poth,états-unis,ted raimi(aka ED BRUBAKER'S ANGEL OF DEATH)

 

de Paul Etheredge

 

avec Zoë Bell, Brian Poth, Doug Jones, Vail Bloom, Jake Abel, Justin Huel, Lucy Lawless, Ted Raimi, Ingrid Rogers, Kaela Crawford, John Serge...film,cinéma,angel of death,zoe bell,lucy lawless,paul etheredge ouzts,doug jones,action,brian poth,états-unis,ted raimi

 

 

Action – Etats-Unis (2009)

 

 

Tueuse professionnelle, Eve travaille pour la mafia et enchaîne les assassinats sans aucun état d’âme. Lors d’un énième contrat, tout bascule : elle tue une adolescente innocente et se retrouve avec un poignard planté dans le crane. Elle s'en sort miraculeusement mais, hantée par la jeune victime, se voit contrainte de ne buter que des méchants, à savoir ses film,cinéma,angel of death,zoe bell,lucy lawless,paul etheredge ouzts,doug jones,action,brian poth,états-unis,ted raimianciens commanditaires…

 

Révélée au grand public par Quentin Tarantino dans BOULEVARD DE LA MORT, Zoë Bell, également cascadeuse, est, de par son physique, crédible en tueuse professionnelle, et ne fait jamais tâche pendant les nombreuses scènes d'action, même les plus bourrines. Et c’est là le point fort de ce film : son actrice principale et ses épaules de déménageur.

 

Malheureusement cela ne suffit pas à faire un bon film et le manque de scénario et de profondeur des personnages fait ressembler ANGEL OF DEATH à un pilote de série télé.

 

On retrouve, en effet, toutes les caractéristiques propres à ce genre très codé : des personnages facilement identifiables (l'héroïne torturée et indestructible, la flic intelligente et film,cinéma,angel of death,zoe bell,lucy lawless,paul etheredge ouzts,doug jones,action,brian poth,états-unis,ted raimila méchante méga méchante), une situation de départ claire et des perspectives d’évolution non exploitées. D’où une impression d’inachevé.

 

Le film ne sert en effet qu'à présenter tout ce joli monde avec une fin ouverte qui annonce d’éventuelles nouvelles aventures (qui à ma connaissance ne sont jamais arrivées) mais ne va pas au bout de ses possibilités.

 

Les personnages clés étant uniquement féminins (tous les bonshommes se font trucider avant le générique de fin), il manque en outre, pour qu’une série de ce genre fonctionne,film,cinéma,angel of death,zoe bell,lucy lawless,paul etheredge ouzts,doug jones,action,brian poth,états-unis,ted raimi l’indispensable TSL*. Quoique, il faut vivre avec son temps...

 

Film d'action bourrin au scénario convenu ni chiant ni éblouissant ANGEL OF DEATH est certes inabouti mais permet de se vider la tête et de passer un bon moment et c’est finalement tout ce qu’on attend d’un film d’action, non ?

 

 

* Tension Sexuelle Latente


 

Stéphane

 

 

support disponible :

 

film,cinéma,angel of death,zoe bell,lucy lawless,paul etheredge ouzts,doug jones,action,brian poth,états-unis,ted raimipas d'édition française en vue mais il existe un DVD zone 1 de chez SONY PICTURES avec sous-titres anglais

 

 

 

 

 

 

16 juin 2007

BOULEVARD DE LA MORT - UN FILM GRINDHOUSE

9cc55e723ccfe4787b328fa2e4334096.jpg

(GRINDHOUSE : DEATH PROOF)


de Quentin Tarantino


avec Kurt Russell, Vanessa Ferlito, Rosario Dawson, Jordan Ladd, Rose McGowan, Sydney Tamiia Poitier, Mary Elizabeth Winstead, Zoë Bell, Tracie Thoms, Michael Parks, Eli Roth, Marley Shelton, Quentin Tarantino, Helen Kim...be73a065c07262959688ac5796c46941.gif

 

Thriller – Etats-Unis (2007)

 


BOULEVARD DE LA MORT faisait initialement partie d'un double programme que nous n'aurons pas la chance de voir en une seule fois au cinéma en France. En effet, le volet tourné par Robert Rodriguez ne devrait sortir sur nos écrans qu'en août... Du coup, en allant au cinéma, les spectateurs n'auront pas le plaisir de voir les fausses bandes-annonces tournées par de grands noms du fantastique actuel et censées passer entre les 2 films. Il faudra donc attendre et se rabattre sur une hypothétique édition DVD (probablement en édition 3 DVD, histoire que ce soit plus rentable...) réunissant l'ensemble du projet...


Outre ce petit désagrément, BOULEVARD DE LA MORT consiste en un hommage aux séries B des années 70 et raconte, en gros, l'histoire de 2 groupes de filles pourchassées par un tueur qui utilise sa voiture comme une arme...

97cf3729b9a35bb1f9ccfa262a4dfd40.jpg


Mis à part les effets de style histoire de faire ambiance "séries B 70's" (pellicules grattées, coupures sèches entre 2 scènes, etc...) on retrouve très vite la Tarantino's touch (on ne change pas une recette qui gagne) : c'est ultra référencé (Tarantino fait même référence à ses propres films !!!), la bande son est sensationnelle, les dialogues sont longs et quelquefois savoureux et enfin un des rôles principaux est tenu par une légende du cinéma, dans le cas présent Kurt Snake Plissken Russell...


Malheureusement ce style a ses limites, et celles-ci sont atteintes dans BOULEVARD DE LA MORT : les films de Tarantino tiennent la route grace à leurs scénarios très construits et plutôt barrés ; or ici, le manque d'histoire est flagrant, et du coup le charme n'opère plus...


En effet, même si la première partie du film arrive à faire illusion avec ses scènes vouées à devenir culte (le lap dance de Vanessa Ferlito (yeah baby yeah !), les dialogues entre filles vraiment très bons et surtout la "tuerie-accident de voiture"), la seconde partie plombe totalement le film et est sauvée in extremis par une scène de fin d'anthologie hommage à Russ Meyer. En effet cette seconde partie n'apporte strictement rien au film, et consiste en une réplique de la première partie mais en moins bien, car même si les filles sont toujours splendides, les dialogues n'apportent plus rien et on s'ennuie ferme. En outre, Kurt Russell y est quasiment inexistant (ce qui est un comble pur un acteur de cette envergure !) et très loin de l'image de son personnage au début du film (ce qui, personnellement, m'a laissé dubitatif)...


On pourra toujours jouer la carte 70's et faire genre "c'est comme ça que les films de drive-in étaient à l'époque" mais ne soyons pas dupes : si dans les 70's, nombre de séries B étaient assez baclées d'un point de vue scénaristique c'était en grande partie par manque de moyen et de temps. Ce qui n'est pas le cas de ce film au budget assez confortable...


En conclusion, BOULEVARD DE LA MORT est, pour moi, une grosse déception : je m'attendais vraiment à mieux... maintenant il ne me reste plus qu'à attendre la film de Rodriguez qui je l'espère sera plus à la hauteur de mes attentes...


Stéphane