Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 mars 2010

CAMP EROTIQUE

camp_erotique.jpg(FRAUEN IM LIEBESLAGER aka LOVE CAMP / CAMP D'AMOUR POUR MERCENAIRES / MUJERES EN EL CAMPO DE CONCENTRACION DEL AMOR...)picto_16ans.gif

 

de Jess Franco

 

avec Ada Tauler, Nanda Van Bergen, Monica Swinn, Esther Studer, Val Davis, Ingrid Kehr, Brigitte Meyer, Monika Kälin...

 

 

Prison de femmes / Suisse (1977)

 

 

Dans un pays qu'on imagine sud-américain (détail qui n'a aucune importance, le contexte politique étant totalement laissé de côté), des femmes sont emmenées de force dans la jungle. Retenues camp_erotique3.jpgprisonnières dans le camp A, elles serviront à "remonter le moral" des troupes révolutionnaires.

 

Vous l'aurez compris, CAMP EROTIQUE est un "women in prison" (WIP) surfant sur le thème du bordel de campagne, thème qui fit les beaux jours de la nazisploitation (avec talent dans SALON KITTY ou enthousiasme dans TRAIN SPECIAL POUR HITLER). Erwin C. Dietrich, producteur et scénariste du film, en confie la réalisation à Jess Franco qui, en bon artisan du bis, en profite pour aligner non stop des scènes dénudées.

 

Comme il faut tenir 1h20 et que le scénario tient sur un ticket de métro, Jess Franco use et abuse camp_erotique2.jpgdes poncifs du genre. On a ainsi droit aux scènes de douche (2 fois avec les captives et une fois avec les guérilléros), à la baston entre codétenues (2 fois également) et aux scènes lesbiennes (là je n'ai pas compté). De ce côté, le contrat est plus que rempli.

 

Par contre, l'impasse est quelque peu faite sur les scènes de punitions corporelles. L'amateur de WIP restera donc sur sa faim et, hormis un dépucelage à la cravache du meilleur effet, devra se contenter d'une camp_erotique1.jpgflagellation peu convaincante, d'un léchage de botte trop soft et d'une torture toute pourrie dont je n'ai pas tout à fait compris le principe. Choix impardonnable ! Le principal intérêt des WIP venant du côté outrancier et totalement barré des supplices infligés.

 

Malgré ses dialogues tout nazes et ses rebondissements ridicules, CAMP EROTIQUE n'est pas assez mauvais pour devenir bon et n'est qu'un petit film de fesses soporifique dont camp_erotique4.jpgl'intrigue s'articule autour d'Angéla, une captive, et de ses relations avec le chef des rebelles (Val Davis aussi charismatique qu'une palourde) et, bien sûr, la gardienne en chef lesbienne et sadique (enfin pas assez à mon goût).

 

 

 

Stéphane

 


Frauen im Liebeslager
envoyé par riton23.

25 juin 2008

TRAIN SPECIAL POUR HITLER

train.jpg(aka CAPTIVE WOMEN 5 : MISTRESSES OF THE 3RD REICH / HELLTRAIN / LOVE TRAIN FOR SS / TREN ESPECIAL PARA HITLER...)

 

de Alain Payet

 

avec Monica Swinn, Sandra Mozarowsky, Christine Aurel, Franck Braña, Yolanda Rios, Erik Muller, Rudy Lenoir, Bob Asklöf, Pamela Stanford, Olivier Mathot, Roger Darton...picto_16ans.gif

 

Nazisploitation – Espagne / France (1977)

 

 

Production Eurociné, l'action de TRAIN SPECIAL POUR HITLER, se passe comme son titre l'indique dans un train, mais pas n'importe lequel, puisqu'il s'agit de celui utilisé pour ELSA FRAULEIN SS... En effet les 2 films furent tournés simultanément avec une partie du casting en commun.

 

Par contre, on retrouve aux commandes Alain Payet, plus connu des amateurs de X sous le nom de John Love, qui réalisera ensuite, toujours pour la firme Eurociné, HELGA, LA LOUVE DE STILBERG et le très bon NATHALIE DANS L'ENFER NAZI.

 

Occultant presque tout le côté politique, Alain Payet ne retient que l'essentiel : la création d'un bordel ferroviaire en route vers le front pour remonter le moral (entre autre) des officiers nazis, et en profite pour aligner les scènes de cul soft.

 

En effet, chaque rebondissement dans le scénario est, pour notre plus grand plaisir, l'occasion de montrer des nichons, du cul et de la chatte ! Et quelquefois de bien belle manière comme dans cette scène où une femme lèche goulûment la botte de son client puis se masturbe dessus (plus tard, je veux être réincarné en botte... arch...) avant de sucer le manche d'une superbe cravache qui retrouvera ensuite sa fonction première... Merci M. Payet !

 

Vous ajoutez à cela la présence de Monica Swinn (FEMMES EN CAGE de Jesus Franco), parfaite en officier nazi se dévouant corps et âme (enfin surtout corps) pour le 3ème reich, et vous obtenez un bon film érotique surfant sur la mode nazisploitation enchainant des scènes sexy très réussies à tendance sado maso.

 

 

Stéphane