Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 novembre 2010

IL GATTO DAL VISO D'UOMO

gatto.jpgde Marc Dray


avec Christophe Lafargue, Clémentine Decremps, Frédéric Aubry, François Remigi, Laurent Bonnard, Marine Decremps, Christelle Lehallier...picto_12ans.gif

 


Giallo – France (2009)

 


Comme son titre le laisse supposer IL GATTO DAL VISO D'UOMO est un giallo avec son tueur tout de noir vêtu et ses victimes féminines : nous sommes en terrain connu.


Toutefois, Marc Dray, réalisateur et scénariste, fait l'impasse sur toute enquête, et donc sur le trauma d'enfance inhérent au style. Il préfère nous embarquer dans un giallo gatto2.jpgonirique, quelquefois dur à suivre, au risque de laisser certains spectateurs au bord de la route...


Ce choix fut probablement imposé par le format : difficile de développer une enquête digne de ce nom en 44 minutes (surtout qu'initialement IL GATTO DAL VISO D'UOMO ne devait durer que 15 minutes…).


Hommage non dissimulé aux films de Dario Argento, on retrouve, outre une bande originale rappelant la musique des Goblin, quelques scènes directement inspirées de ses gialli comme le second meurtre (très réussi !) qui rappelle celui de Macha Méril dans LES FRISSONS DE L'ANGOISSE. On peut d'ailleurs regretter ce côté fanboy du réalisateur qui peine à s'éloigner de son modèle.


Le jeu des acteurs est plutôt correct (notamment l'acteur principal Christophe Lafargue gatto1.jpgtrès bon) mais quelques scènes ou personnages n'apportant rien à l'histoire plombent par moment le film. Qu'importe, c'est surtout esthétiquement qu'IL GATTO DAL VISO D'UOMO est une réussite avec un soin tout particulier apporté à la lumière et des couleurs magnifiques de bout en bout.


Rêve éveillé, IL GATTO DAL VISO D'UOMO ressemble quelquefois à un exercice de style mais ce court métrage devenu un moyen mérite le coup d'oeil.

 


Stéphane



Il Gatto Dal Viso D'Uomo - Trailer
envoyé par ohmygore. - Regardez des web séries et des films.

16 mars 2010

PIECES

pieces_1.jpg(MIL GRITOS TIENE LA NOCHE aka CHAINSAW DEVIL / LE SADIQUE A LA TRONCONNEUSE...)


de Juan Piquer Simón


scénario de Dick Randall et Joe D'Amato


avec Ian Sera, Lynda Day George, Edmund Purdom, Christopher George, Paul L. Smith, Jack Taylor, Hilda Fuchs, Gérars Tichy, Frank Braña, Isabel Luque, Roxana Nieto...picto_16ans.gif



Giallo – Espagne / Etats-Unis / Porto-Rico (1982)



Boston, 1942. Alors qu'il fait un puzzle cochon, un jeune garçon est surpris par sa mère qui pique une crise. Le jeune pieces_2.jpggarçon revient avec une hache, tue sa mère et la découpe en morceaux. A l'arrivée de la police, il fait croire qu'il a été témoin du meurtre. Il est confié à sa tante… 40 ans plus tard, les meurtres de jeunes femmes se succèdent sur un campus universitaire…


Une pathologie remontant à l'enfance, un soupçon d'érotisme, un assassin tout de noir vêtu qui aime les armes blanches (enfin si l'on considère qu'une tronçonneuse est une arme blanche…), nous sommes en présence d'un giallo. Enfin plutôt d'un amarillo puisque Juan pieces_4.jpgPiquer Simón est Espagnol.


En whodunit classique, tout le monde est suspect : du jardinier chelou au doyen mystérieux en passant par le professeur pas très net. Bien sûr, ceux-ci se retrouvent systématiquement proches des scènes de crimes et le coupable ne nous sera dévoilé qu'en toute fin de film (on n'est pas dans Columbo). L'enquête n'étant guère palpitante, le point fort de PIECES réside dans ses meurtres, gores et vicieux : le tueur découpe ses victimes et on les retrouve éparpillées par petits bouts façon puzzle dont il manque une pièce.


Malgré quelques scènes inutiles (comme celle du prof de kung-fu qui arrive comme un pieces_3.jpgcheveu sur la soupe), quelques incohérences (les flics préviennent certains suspects de la présence d'un policier infiltré !!!) et la toute dernière scène du film flirtant du côté du fantastique donc totalement hors-propos, PIECES, grâce à ces effets gores très réussis et à son côté léger (eh oui, un giallo peut être léger…), est une série B très agréable à mater.



Stéphane