Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 juillet 2010

INSATIABLE

insatiable.jpgde Stu Segall (sous le pseudo de Godfrey Daniels)


avec Marilyn Chambers, Jesie St James, Serena, John Leslie, David Morris, Richard Pacheco, John Holmes, Joan Turner, Mike Ranger...picto_18ans.gif

 


X – Etats-Unis (1980)

 


Comme nous l'indique sans détour le générique, Marilyn Chambers est insatiable. Nous voilà prévenu !


L'héroïne de DERRIERE LA PORTE VERTE incarne en effet Sandra Chase, une actrice à succès à la vie sexuelle débridée multipliant les expériences afin d'assouvir ses insatiable2.jpgfantasmes.


Attention, malgré ce personnage féminin fort et libre (financièrement et sexuellement), nous ne sommes pas pour autant dans une production qu'on pourrait considérer comme féministe : son vrai fantasme est d'être à nouveau dominée par un homme comme ce fut le cas lors de sa première fois avec le jardinier de son père (que c'est original...).


INSATIABLE est uniquement composé de flashbacks : Marylin Chambers se promène dans les rues de Londres avec sa vieille tante et hop, flashback d'une scène lesbienne dans une piscine (très réussie d'ailleurs... la scène... pas la piscine...). Retour à Londres, elles se promènent toujours, et hop, flashback d'une fellation sur un auto-stoppeur, et ainsi de suite... Inutiles, les insatiable3.jpgscènes londoniennes ne servent qu'à faire un pseudo-lien sans effort entre les scènes X.


Scènes X qui sont réussies et plutôt courtes, ce qui est toujours agréable (et puis c'est pas la taille qui compte, n'est-ce pas ?). On évite ainsi le côté "épreuve d'endurance" sans aucune sensualité de nombreux films pornos. Même la scène finale qui est pour le coup une sacrée performance de Marilyn Chambers garde un potentiel érotique énorme.


Pour accompagner Chambers dans ses périgrinations érotiques, que du beau monde : Jesie St James et Serena en tête, John Leslie en queue... mais aussi John Holmes dans un rôle muet et c'est tant mieux : l'organe qui nous intéresse chez lui n'est pas vocal.insatiable4.jpg


Grosse production du X de l'époque, INSATIABLE a quand même pris un sacré coup de vieux mais qu'importe, même si Marilyn Chambers n'est pas vraiment ma tasse de thé (trop musclée à mon goût... oui je sais je fais mon difficile...), il y a une chose qu'on ne peut pas lui enlever : ce sont ses talents d'actrice. Eh oui, vous ne rêvez-pas, dans INSATIABLE, les acteurs jouent bien !

 


Stéphane

 

 

Commentaires

C'est sur maintenant c'est booty shake avec un peu de cellulite c'est mieux

Écrit par : Dazdil | 14 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.