Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mars 2010

DON'T OPEN TILL CHRISTMAS

dont_open_till_christmas.JPGde Edmund Purdom


avec Edmund Purdom, Alan Lake, Belinda Mayne, Gerry Sundquist, Kelly Baker, Wendy Danvers, Pat Astley, Wilfred Corlett, Mark Jones, Caroline Munro...picto_12ans.gif



Slasher – Horreur / Royaume-Uni (1984)



Décidément, Noël est une période bénie pour les psychokillers entre BLACK CHRISTMAS de Bob Clark (et son remake) et la franchise des DOUCE NUIT, SANGLANTE NUIT, on est servi… Quand on aime, on ne compte pas, Uncut Movies réédite DON'T OPEN TILL CHRISTMAS réalisédont_open_till_christmas2.JPG par l'acteur Edmund Purdom (PIECES de Juan Piquer Simón) qui, pour sa seule incursion derrière la caméra, tente l'originalité avec un slasher axé autour de l'enquête et non sur les victimes potentielles (faut dire qu'il n'avait guère le choix, le seul lien entre les victimes de son film est d'être déguisé en Père Noël…). Un tel parti-pris scénaristique lorgnant du côté du giallo demande une histoire digne de ce nom et une mise en scène efficace… Les deux font malheureusement défaut au film.


En effet, l'enquête n'a strictement aucun intérêt : on passe notre temps entre un interrogatoire (qui ressemble plus à une vague discussion autour d'un verre) et les bureaux de New Scotland Yard où les policiers chargés de l'affaire essaient de la résoudre à la vitesse d'un Derrick mort…


Tout ceci ne serait pas trop grave si au moins une quelconque tension, du genre à nous faire dont_open_till_christmas4.JPGsursauter de temps en temps, était présente dans le film. Ce n'est pas le cas. Aucun risque d'arrêt cardiaque à la vue du film, les meurtres étant traités trop rapidement pour être efficaces.


Probablement conscient de la catastrophe, le réalisateur tente tout de même de sauver les meubles : les meurtres sont nombreux (c'est fou le nombre de Pères Noël bourrés qui trainent dans les rues de Londres…) et on a droit à l'arme ultime du slasher: la sempiternelle paire de seins…


Quant à Caroline Munro (MANIAC de William Lustig), dont la présence est quelquefois mise en avant pour la promotion du film, elle ne fait qu'interpréter une chanson, ondulant du popotin dans une robe rouge ultra-moulante. C'est probablement ce que je retiendrais du film…


Stéphane

 

 

Les commentaires sont fermés.